Recherche par ordre alphabétique

A.V.C.

Un Accident Vasculaire Cérébral (AVC), anciennement accident cérébro-vasculaire (ACV) et parfois appelé attaque cérébrale,  se produit lorsqu'une partie du cerveau est brusquement privée de sang entre autre  le flux sanguin rencontre un obstacle (caillot sanguin ou vaisseau sanguin rompu) qui bloque son passage vers les différentes parties du cerveau, ce qui prive ces dernières de leur apport vital en oxygène, causant leur dysfonctionnement puis leur mort en quelques minutes. Il existe des AVC ischémiques (80% des cas) et des AVC hémorragiques. Le terme « accident » est utilisé pour souligner l'aspect soudain voire brutal de l'apparition des symptômes, bien qu'il s’agisse en réalité d’une maladie, ses causes étant de nature interne.

Les AVC sont souvent responsables de séquelles lourdes, l'accident pouvant toucher des grandes fonctions neurologiques, telles que la motricité (hémiplégie), la sensibilité (anesthésie, douleurs), le langage (aphasie), la vision, ce qui entraîne de nombreuses difficultés de réinsertion.

Dans les pays occidentaux (Europe, États-Unis, etc.), un individu sur 600 est atteint d'un accident vasculaire cérébral chaque année (120 000 en France).
L'AVC est la première cause de handicap physique de l'adulte en France et la troisième cause de décès dans la plupart des pays occidentaux.

La prise en charge en urgence de l'AVC par une équipe spécialisée permet de réduire ses conséquences. Malgré cela, l'AVC reste une maladie grave, les deux tiers des personnes atteintes conservant des séquelles et certaines devenant dépendantes dans leur vie quotidienne.

 

Agénésie

L'agénésie est l'absence de formation d'un organe lors de l'embryogenèse. De nombreux organes sont susceptibles d'être touchés par une agénésie : dents, poumons, reins, membres, corps calleux (agénésie du corps calleux), cerveau (anencéphalie), oreille, thyroïde, etc.

ARTHRITE

L'arthrite est une inflammation aiguë ou chronique des articulations.

Son origine peut être :

1- rhumatismale: l'arthrite rhumatoïde serait alors le plus souvent déclenchée par le frottement anormal des fibres d'un tendon (composées essentiellement de collagène) anormalement sollicité, sur un os ou sur une articulation.

2- infectieuse (arthrite de Lyme par exemple1).

Si une seule articulation est atteinte, on parle d'une monoarthrite. Lorsque deux, trois ou quatre articulations sont touchées, d'oligoarthrite, au delà, de polyarthrite. On appelle « acropolyarthrites » les arthrites qui touchent les articulations distales (loin de la racine) des membres (mains, pieds), « polyarthrites rhizoméliques » les arthrites qui touchent les racines des membres (épaules, hanches), « spondylarthropathies » les arthrites des membres qui s'associent à des atteintes inflammatoires de la colonne vertébrale ou des articulations sacro-iliaques. Elle ne désigne pas la pathologie répertoriée sous le nom d'arthrose, mais un signe clinique associé à de nombreuses maladies articulaires.

ARTHROSE

L'arthrose est une maladie qui touche les articulations, on l'appelle aussi arthropathie chronique dégénérative. Elle est caractérisée par la douleur, mécanique et diurne et la difficulté à effectuer des mouvements articulaires.

Au niveau de l'articulation, la surface du cartilage se fissure, s'effrite et finit par disparaître. Ensuite, des excroissances osseuses se forment et nuisent aux mouvements.

L'arthrose traduit une dégénérescence du cartilage des articulations sans infection ni inflammation particulière. Cette dégénérescence conduit à une destruction plus ou moins rapide du cartilage qui enrobe l'extrémité des os. Anatomiquement, cette destruction s'accompagne d'une prolifération osseuse sous le cartilage.

C'est la maladie articulaire la plus fréquente et elle survient de plus en plus tôt dans la vie. Les premiers symptômes apparaissent généralement à partir de 40-50 ans, mais la maladie commence souvent bien plus tôt.

COXARTHROSE

La coxarthrose correspond à l'arthrose de la hanche. C'est l'une des formes les plus fréquentes d'arthrose. Elle est très fréquente et apparaît généralement après 50 ans. Elle affecte aussi bien les hommes que les femmes. La coxarthrose atteint environ 5 % des personnes de plus de 70 ans.

CYPHOSE

La cyphose est une déformation de la colonne vertébrale, plus précisément une convexité au niveau de la colonne dorsale.La colonne vertébrale a quatre courbures physiologiques vu dans le plan sagittal : la lordose cervicale (aspect creusé du cou), la cyphose thoracique (la bosse du dos), la lordose lombaire (creux en bas du dos) et la cyphose sacrale/coccygienne. Cette dernière est fixe.L’hypercyphose est une exagération de la cyphose dorsale. Elle est par raccourci appelée cyphose.

DORSALGIE

La dorsalgie désigne des douleurs du dos fréquentes, plus ou moins graves.D’un point de vue médical, les dorsalgies ne concernent que les douleurs des vertèbres dorsales (rachis dorsal) localisées entre les vertèbres lombaires (rachis lombaire) et cervicales (rachis cervical).

DYSPLASIE

Une dysplasie est une malformation ou déformation résultant d'une anomalie du développement d'un tissu ou d'un organe, qui survient au cours de la période embryonnaire ou après la naissance, elle se traduit généralement par une hyperlaxité des articulations concernées, elle peut aussi se situer sur n'importe quelle articulation.

DYSTROPHIE

Une dystrophie est :un trouble de la nutrition d'un organe et donc de sa croissance.la dégénérescence ou le développement défectueux d'un organe ou d'une partie du corps.La dystrophie désigne toute altération cellulaire ou tissulaire acquise, liée à un "trouble nutritionnel" (vasculaire, hormonal, nerveux, métabolique).

ENTORSE

Une entorse ou foulure est un traumatisme des ligaments occasionné par une mobilisation excessive d'une articulation. Le ligament est une bande de tissu fibreux très résistante qui unit les os entre eux et joue donc un rôle important dans la stabilité de l'articulation. Lors d'une entorse, il est en général étiré ou distendu, mais il peut être également déchiré (entorse grave ou déchirure), avec des complications liées à des arrachements osseux1. Les entorses les plus fréquentes sont répertoriées au niveau de la cheville (entorse du ligament latéral externe de la cheville) et du poignet.

ÉPINE CALCANéENNE

L'épine calcanéenne ou épine de Lenoir est une pathologie du talon qui peut être invalidante au quotidien. Pour situer l'origine de cette excroissance osseuse et mettre en oeuvre les traitements adaptés, il est essentiel de comprendre son lien avec une pathologie touchant la voûte plantaire, appelée fasciite plantaire.

FASCIITE PLANTAIRE

La fasciite plantaire est une blessure au pied causée par unétirement ou une rupture du fascia plantaire, une membrane fibreuse qui va de l’os du talon jusqu’à la base des orteils. Cette membrane constitue, en quelque sorte, le « plancher » du pied. Environ 1 % de la population en est atteinte.

HALLUX VALGUS

L’hallux valgus, ou "oignon", est une déformation du gros orteil. Parfois indolore, il évolue par poussées. Selon son angle de déviation, il affecte l’avant-pied à des degrés différents. Touchant davantage les femmes, il est favorisé par plusieurs facteurs comme l'hérédité, l’âge, ou le port de talons à bout étroit.

HéMIPLéGIE

Une hémiplégie est une paralysie d'une ou plusieurs parties du corps d'un seul côté (touchant un hémicorps). Elle peut être totale, et dans ce cas, le membre supérieur, le membre inférieur, le tronc et la moitié de la face sont touchés.

INFIRME MOTEUR CéRéBRAL

L'infirmité motrice cérébrale (IMC) a été définie en 1955 par le professeur Guy Tardieu comme étant une infirmité motrice due à des lésions survenues durant la période péri-natale. Les sujets souffrants d'affections neurologiques dégénératives ou de retards moteurs liés à une déficience intellectuelle ne peuvent donc pas être considéré comme IMC. Il s'agit d'un état pathologique (puisque non évolutif) non héréditaire comportant diverses atteintes neurologiques. Une cause exacte n'est pas toujours retrouvée mais elle est liée à la prématurité, l'hypoxie périnatale, les traumatismes cérébraux et l'ictère néonatal. Le degré d'atteinte neurologique est sévère dans un tiers des cas et modéré dans un sixième des cas. Little l'a décrite le premier en 1862 mais c'est le Dr Winthrop Phelps qui l'a baptisé en 1937.
L'infirmité motrice cérébrale résulte de lésions cérébrales non héréditaires, stabilisées (non évolutives), responsables de déficiences motrices exclusives ou prédominantes. Le handicap moteur séquellaire associe à des degrés variables des troubles de la posture et du mouvement ainsi que parfois des troubles spécifiques des fonctions supérieures.

 

LOMBALGIE

Une lombalgie est un état douloureux du rachis lombaire. Il s'agit du mal de reins ou, quand l'affection résulte plus exactement d'un mouvement excessif, du tour de reins. La lombalgie peut être aiguë (il est alors question de lumbago) ou devenir chronique, invalidante.Les lombalgies affectent une forte majorité de la population. Elles touchent entre 40 et 70 % de la population à un moment ou à un autre.

MALADIE CONGéNITALE

Une maladie congénitale est une malformation présente dès la naissance (littéralement : « est né avec »).

Le terme « congénital » n’est pas synonyme d'« héréditaire ». Une affection congénitale n’est pas forcément d’origine génétique, c’est-à-dire liée à une anomalie des chromosomes ou de leurs gènes constitutifs (elle peut être due à une intoxication par exemple), et même lorsqu’elle est génétique, elle n’est pas forcément héritée (dans ce cas, on parle de « mutation de novo »). À l’inverse, une affection héréditaire est souvent congénitale puisque l’anomalie chromosomique ou génique a été transmise dès la conception de l’embryon.

Une affection congénitale peut être parfois identifiée avant même la naissance (grâce au diagnostic prénatal), à la naissance, ou plusieurs années plus tard lorsqu’elle n’occasionne que peu ou pas de troubles (exemple : la bicuspidie valvulaire aortique).

MALADIES DéGéNéRATIVES

Les maladies dégénératives sont des maladies (souvent génétiques) dans lesquelles un ou plusieurs organes sont progressivement dégradés. Les causes peuvent être l'accumulation de produits biologiques ou de toxines aussi bien que l'absence prolongée d'une substance biologique qui entraîne alors la dégénérescence progressive des organes concernés.

Cette caractéristique en fait souvent des maladies particulièrement difficiles pour le patient et son entourage car les symptômes évoluent lentement mais sûrement vers un handicap important.

Traitées à temps, les maladies dégénératives peuvent être réduites, mais non guéries.

MéTATARSUS VARUS

Le métatarsus varus (MTV) ou Métatarsus Adductus est une déformation dans l'articulation de Lisfranc, entre le médiotarse et les métatarsiens.Le diagnostic est parfois fait avant la naissance.

MYOPATHIE

Les myopathies sont un sous-groupe de la famille des maladies neuro-musculaires se traduisant par une dégénérescence du tissu musculaire.

Une myopathie est une atteinte directe d'un des constituants du muscle.
La plus commune des myopathies est la Dystrophie musculaire facio-scapulo-humérale
La plus connue, la myopathie de Duchenne de Boulogne, est une maladie génétique causée par une mutation du gène de la dystrophine, aboutissant à la synthèse d'une protéine tronquée.

NéVRALGIE

Une névralgie est un mal causé par un nerf. Le principal symptôme est une douleur spontanée ou continue, siégeant sur le trajet des nerfs, sans signe extérieur visible. Les causes peuvent être une névrite, un traumatisme, une infection ou encore une inflammation.

ONCOLOGIE

L'oncologie ou carcinologie ou cancérologie est la spécialité médicale d'étude, de diagnostic et de traitement des cancers. Un médecin qui pratique cette discipline est appelé oncologue oucancérologue (ancien terme). Le terme vient du grec onkos, signifiant vrac, masse ou tumeur, et le suffixe -logie, signifiant « étude de ».

 

ORTHèse

Une orthèse est un appareillage qui compense une fonction absente ou déficitaire, assiste une structure articulaire ou musculaire, stabilise un segment corporel pendant une phase de réadaptation ou de repos. Elle diffère donc de la prothèse, qui remplace un élément manquant.

ORTHèSE CRURO-PéDIEUSE

Les appareils cruro-pédieux sont destinés à soutenir un membre inférieur paralytique ou à stabiliser un genou polytraumatique conservant une instabilité résiduelle importante.

Leur conception est assurée par l'orthoprothésiste en association avec le médecin prescripteur et l'intéressé.

Réalisés d'après un moulage sur nature, ils s'adaptent à toutes les déformations irréductibles mais peuvent également, en cas de déformation réductible, soutenir le membre inférieur dans la position la plus physiologique possible, devenant ainsi de véritables appareils de traitement et de prévention.

Les appareils cruro-pédieux sont adaptés aux difficultés de chacun et sont donc d'une grande variété technique :

 - cuissard et mollet en cuir moulé ou polyoléfine/polyéthylène
 - châssis porteur en acier inoxydable, duralumin ou fibres de carbone
 - articulation de genou modulaire avec ou sans verrouillage
 - solidarisation à la chaussure par tourillons, étrier ou botte polyoléfine
 - avec ou sans appui ischiatique

ORTHèSE SURO-PéDIEUSE

Cette orthèse est destinée aux traitements de toutes les anomalies du pied et du segment tibial.
Elle permet de corriger ou stabiliser un pied en varus équin, valgus ou talus.

ORTHOPéDIE

L'orthopédie concerne le traitement correctif de toutes les affections de l'appareil locomoteur  des membres supérieurs et inférieurs (os, articulations, muscles, tendons et nerfs)  de nature congénitale ou acquise durant la croissance voire à l'âge adulte.
Bien que la pratique de la discipline remonte sans doute à une époque lointaine, le mot « orthopédie » est créé en 1741, à partir de deux mots grecs : « orthos » qui signifie « droit » et « paidon » qui veut dire « enfant » ou "je marche".À l'origine, l'objectif est la prévention plus encore que la correction de « difformités » du corps chez les enfants.
Le logo est l'arbre tordu redressé en partie par corde et tuteur : contention externe. Les premiers appareils traumato-orthopédiques apparaissent au IVe siècle av. J.-C. avec Hippocrate, qui consacra sa vie à la médecine. En orthopédie, il met au point un banc de bois qui réduit les luxations et les fractures. Le principe de cet appareil est d'immobiliser l'os ou l'articulation pour qu'il se ressoude ou se remette en place selon le cas.On doit aussi à Hippocrate le principe actuel pour réduire une luxation de l'épaule.

OSTéOCHONDRITE

L'ostéochondrite ou ostéochondrose est une anomalie de la croissance de l'os et du cartilage chez l'enfant. C'est un groupe de maladies de causes inconnues caractérisées par l’interruption de la vascularisation du noyau d’ossification primaire ou secondaire des os concernés.

OSTéOCHONDRITE PRIMITIVE DE HANCHE

Sa fréquence est de 1% environ. Le garçons sont touchés avec prédilection dans 80% des cas. La majorité des cas surviennent entre 4 et 8 ans. La maladie est le plus souvent unilatérale (90 %) mais les deux hanches sont parfois atteintes.Le traitement orthopédique par appareillage peut être prescrit sous forme d’attelle de décharge de type Chicago. Cet appareillage s’adresse essentiellement aux formes unilatérales du grand enfant de plus de 5 ans. La décharge est obtenue par l’appui sous ischiatique. Cette décharge est associée à une traction d’extention mise sur la chaussure. Le recentrage est réalisé par la mise en abduction.

OSTéOSYNTHèSE

L'ostéosynthèse de l'orthopédie  vise à corriger les affections congénitales ou acquises des os, articulations, muscles,tendons et ligaments).

 

PARéSIE

La parésie est un déficit moteur défini par une perte partielle des capacités motrices d'une partie du corps (limitation de mouvement, diminution de la force musculaire), parfois transitoire d'un ou de plusieurs muscles par opposition à la paralysie ou plégie, qui est elle caractérisée par la perte totale de motricité d'une partie du corps.

PIED BALLANT

Qualifie un membre ou une articulation dont la mobilité excessive n’est assurée que par une impulsion extérieure ou la pesanteur: son origine peut être une paralysie musculaire complète ou une destruction des structures ostéoligamentaires qui assurent la stabilité.

PIED BOT

Un  « pied bot » est une déformation du pied, constatée à la naissance mais de plus en plus souvent  diagnostiquée  sur  l’échographie  pratiquée  lors  des  consultations  prénatales (dès le 4ème mois)  Bilatéral une fois sur deux, le  pied  bot  est  habituellement « idiopathique »  ‐ce qui veut dire sans  cause évidente‐ et n’est pas héréditaire. Il ne s’agit pas  d’une simple  «malposition intra‐utérine»,  beaucoup plus fréquemment rencontrée.
Le  terme    employé  « varus  équin »  définit l’enroulement du pied en dedans (varus) et sa flexion vers le bas.

PIED CALCANéUS

Ou pied talus.

La marche se fait de façon exclusive ou prédominante sur le talon qui lui-même est devenu hypertrophique car la cause principale est la paralysie ou l’insuffisance tricipitale.

 

PIED DE CHARCOT

C'est une complication de la neuropathie diabétique.Cette pathologie se caractérise par des dislocations articulaires, des fractures qui aboutissent à un effondrement de la voûte plantaire avec des phénomènes d'ostéolyse (destruction) et d'hypercondensation osseuse concomitantes.Des troubles vasculaires accompagnent cette pathologie, en particulier un lymphoedème.Peu à peu des plaies se manifestent, dues à des appuis anormaux,dont le traitement est désespérant.Cela se produit particulièrement chez les diabètiques de type I vers 40 ou 50 ans dont le diabète évolue depuis une dizaine d'années.Cette maladie peut évoluer de façon aiguë simulant une infection.A la phase chronique, les déformations sont définitives.

PIED EQUIN

Difformité dans laquelle le pied présente une disposition assez semblable au sabot du cheval et n’appuie que sur la pointe.La marche se fait sur la pointe des pieds.

PIED VALGUS

La marche se fait sur le bord interne du pied de façon prédominante, le valgus pouvant avoir une origine supra-malléolaire ou sous talienne.

PIED VARUS

La marche se fait sur le bord externe du pied.C'est un pied dont la plante regarde en dedans et qui repose sur son bord externe.
Il s'agit souvent d'un pied bot varus.
Cette variété est souvent associée au pied équin, pour former le pied varus équin (Voir PIED EQUIN )
La plante est déviée en dedans et le pied repose sur la partie antéro-externe.

Ces différentes déformations sont le plus souvent congénitales, et nécessitent une prise en charge orthopédique PRECOCE , pour rectifier ces déformations en évitant ainsi de recourir à la chirurgie, si cette prise en charge est trop tardive.

PROTHèSE

Dispositif médical personnalisé suppléant un membre ou partie d'un membre amputé ou manquant

RHIZARTHROSE

La rhizarthrose est l'arthrose d'une articulation de la base du pouce entre le trapèze et le premier métacarpien, l'articulation trapézo-métacarpienne. La rhizarthrose est une des localisations les plus fréquentes de l'arthrose de la main.
C'est une pathologie très fréquente, souvent bien tolérée, qui touche 20% des femmes.

 

 

RHUMATISME

Terme non-spécifique pour désigner un problème médical affectant les articulations et les tissus conjonctifs. L'étude et le traitement de ce genre de troubles sont appelés rhumatologie.
Le rhumatisme est une inflammation des articulations.
Il existe deux grandes sortes de rhumatismes :

- les rhumatismes inflammatoires (ex. la polyarthrite rhumatoïde)
- les rhumatismes d’usure (ex. l’arthrose).

SCIATIQUE

La sciatique (ou lombo sciatique) est une douleur suivant le territoire du nerf spinal S1 ou L5 atteint au niveau de la colonne vertébrale (rachis lombaire) ou à sa proximité immédiate. Elle doit être distinguée du nerf sciatique, appelé parfois « sciatique » tout court et qui naît de la réunion de plusieurs racines nerveuses (dont L5 et S1). Une lésion de ce dernier provoque une sciatalgie. Les symptômes sont localisés dans un seul côté du corps. La douleur peut s'intensifier en cas d'exposition à basse température.

SCOLIOSE

La scoliose est une déformation de la colonne vertébrale en trois dimensions, une courbure de plus de 10°d’amplitude qui implique une torsion d’une ou de plusieurs vertèbres sur elle(s)-même(s). Vue de face ou de dos, la colonne vertébrale n’est plus droite. Cette déviation entraîne une déformation du thorax, de l’abdomen et des zones proches de la colonne vertébrale. Elle se caractérise par l’existence d’une « gibbosité », c’est-à-dire d’une bosse située à côté de la colonne vertébrale, visible lorsque l’enfant se penche en avant. Connus et utilisés depuis l’antiquité, les corsets représentent l’essentiel du traitement orthopédique des scolioses. Ils ont pour but de stopper l’évolution de la scoliose et, dans certains cas, de la corriger partiellement. On les utilise pour les formes moyennes à sévères de scoliose (20 à 40 % de courbure). De plusieurs types, les corsets sont adaptés à la forme des courbures et à l’âge des enfants. Confectionnés sur mesure et réglables pour s’adapter à la croissance du rachis, ils sont renouvelés pour suivre la croissance de l’enfant.

L’utilisation d’un corset plâtré pendant une courte période de 2 à 4 mois avant la mise en place d’un corset plastique amovible permet de réduire la déformation et de raidir la colonne vertébrale dans une position de correction maximale. Il permet également à la peau de s’habituer à la pression et de mieux supporter le corset par la suite. Le corset plastique joue ensuite un rôle de contention. Redoutés par le passé, parce qu’inesthétiques et inconfortables, les corsets modernes sont, grâce aux progrès techniques réalisés, bien moins visibles et beaucoup mieux tolérés. Enfin, lorsque la croissance est finie, on peut parfois utiliser des corsets plus minces, légers et près du corps.
Pour une efficacité maximum, le corset doit être porté en permanence mais il existe plusieurs protocoles de port du corset en fonction de l'importance de la courbure et du type de scoliose. La poursuite des activités physiques et sportives est recommandée. Dans tous les cas, le traitement orthopédique de la scoliose doit pouvoir être accepté par
l’enfant et lui permettre de mener une vie aussi proche que possible de la normale.

TALONNADES

Les talalgies apparaissent souvent dans le cadre de microtraumatismes quotidiens auxquels on ne prête pas attention. Elles peuvent aussi être la conséquence d’un effort important ou de longue durée, comme la pratique intensive de la course à pied. Parfois elles sont liées à un changement des habitudes sportives ou à un changement de chaussures. La surcharge pondérale et certaines déformations du pied peuvent contribuer à l’apparition de ces douleurs.

TATALGIES

Les talalgies sont des douleurs liées à une inflammation du fascia plantaire, ce grand ligament qui s’étend du talon aux orteils et qui maintient la cambrure du pied comme une corde d’arc. Lorsque l’on se tient de- bout ou lorsque l’on marche le fascia plan- taire se tend et met à contribution sa par- tie la plus sensible, son point d’origine au calcanéus (l’os du talon). Une inflammation peut se développer à cet endroit et ainsi provoquer des talalgies.Les talalgies apparaissent souvent dans le cadre de microtraumatismes quotidiens auxquels on ne prête pas attention. Elles peuvent aussi être la conséquence d’un ef- fort important ou de longue durée, comme la pratique intensive de la course à pied. Parfois elles sont liées à un changement des habitudes sportives ou à un changement de chaussures. La surcharge pondérale et certaines déformations du pied peuvent contri- buer à l’apparition de ces douleurs. Les patients souffrant de talalgies présen- tent, en général, un raccourcissement de la musculature du mollet ce qui conduit, à chaque pas, à un accroissement de la ten- sion du fascia plantaire. C’est pour cette rai- son que le stretching de la musculature du mollet joue un très grand rôle dans le traitement des talalgies.

ULCèRES TALONNIERS

Un ulcère (du latin ulcus) est une plaie ouverte de la peau, des yeux ou d'une muqueuse, accompagnée d'une désintégration du tissu. Plus précisément, il s’agit d’une érosion (discontinuité macroscopique) de l'épithélium normal. Les causes d'un ulcère peuvent être endogènes (stress, cancer, insuffisance veineuse, etc.) et/ou exogènes (actions bactériologique, mécanique, chimique, etc.).L’appareil d’Atlanta, orthèse de recentrage, s’adresse uniquement aux enfants de moins de 6 ans ou aux formes bilatérales. Cette attelle permet de recentrer la tête fémorale dans la cavité cotyloïde en maintenant l’abduction des hanches. Elle permet la marche.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Lire la suite